Minuit Blanche 2018 a été la manifestation spontanée de l’été jovinien 2018 !

Née du désir de deux créatrices, Nathalie de Laval et Alexandra de Prinsac, elle a rassemblé près de 800 personnes dans le quartier Saint-André, sur une durée éphémère de 4 heures.

L’événement a créé la surprise en proposant une déambulation artistique dans divers lieux d’exposition, des plus connus comme l’atelier Cantoisel au plus inattendu comme la casa de CéciléDom en passant par le majestueux Tribunal ou l’atelier de Prinsac.

Il a transformé la place de la République en gigantesque scène vivante, avec son marronnier relooké et ses musiciens et performeurs inspirés.

Minuit Blanche a surtout proposé une variation riche et désarçonnante d’artistes généreux. Des funambules et un magicien ont captivé petits et grands. La façade de l’Eglise Saint-André a été prise d’assaut par des films originaux et ludiques. Tandis que les amateurs, débutants ou chevronnés, se sont régalés de toiles enflammées, de peinture colorée, de photos éclectiques, d’objets symboliques, de films déjantés, de tableaux inattendus, de sculptures encartonnées, de performances dessinées nocturnes ou de forêts de personnages foutraques, … Il y en avait pour tous les goûts, pour tous les regards et pour toutes les émotions. Merci à tous.

Surtout, Joigny a répondu présent. Des amateurs, des curieux, des voisins, des flâneurs, …, la belle place de la République s’est vue traversée par des centaines de personnes étonnées et ravies de goûter à l’art quand il sort dans la rue. Merci à tous.

Voilà pourquoi Minuit Blanche 2019 voudrait faire encore mieux. Plus magique, plus ambitieux mais pas plus grand, ni plus long. L’éphémère qu’il porte en lui est propre à l’émerveillement. Ainsi, Minuit Blanche fait figure de songe, le temps d’une demi-nuit éveillée, il relie les êtres autour de ce qui fait vibrer chacun d’entre eux : la culture, l’art, le beau, l’inévitable, …